Pompage photovoltaïque

René ROVIRA est maraîcher depuis 2005 à Llupia.
Avec l'association universitaire Energie Citoyenne (Université de Perpignan), il a créé une AMAP en 2008. Cliquez ici pour en savoir plus.

René irrigue ses parcelles principalement avec du goutte à goutte en puisant de l'eau dans une nappe du pliocène à 50m de profondeur. Cette nappe, comme toutes celles de la plaine du Roussillon, présente un risque d'intrusion saline en cas de prélèvements excessifs. Mais elle est la seule ressource en eau disponible sur l'exploitation de René. Sa pompe immergée est alimentée en électricité par un groupe électrogène, le réseau étant trop éloigné (Le raccordement coûterait environ 25 000 €).
Ce groupe électrogène induit de multiples inconvénients :
- il fonctionne au fioul, qui est cher et polluant
- il demande beaucoup d'entretien, de réparation pour une faible durée de vie
- il fait beaucoup de bruit
- il demande une présence obligatoire pour être démarré.

Cette solution coûte 1 100 euros par an à René.

Le groupe électrogène n’est pas en adéquation avec les idées de René qui désire servir d’exemple en façonnant un système de production respectueux de l’environnement et de ses consommateurs.

Face à ces contraintes, une solution existe : le pompage photovoltaïque.

Groupe électrogène seul

Groupe électrogène en secours

du système de pompage solaire

 

Le principe du pompage photovoltaïque est de coupler des panneaux photovoltaïques au groupe électrogène de manière à diminuer l'utilisation de ce dernier pour l'alimentation électrique de la pompe.

Le rayonnement solaire étant intermittent, il est nécessaire de stocker de l'énergie dans des batteries à l'aide d'un chargeur. Celui-ci assure la bonne charge et décharge des batteries en fonction des besoins de la pompe et de l'énergie solaire disponible.

Un onduleur convertit le courant continu des panneaux solaires en courant alternatif 230 V.

La pompe immergée élève l'eau et garanti la surpression nécessaire au bon fonctionnement du système d'irrigation.

 

Grâce à ce système, le groupe électrogène ne fonctionne plus qu'une dizaine d'heures par an (au lieu de 750 h actuellement).

Les avantages sont :
- la réduction d'émission de 2 tonnes éq. CO2 / an
- une plus faible maintenance
- un pilotage à distance donc la diminution de trajets
- la suppression du bruit

De plus, le courant alternatif monophasé 230 V (comparable au courant du réseau) permet à René de recharger des batteries (tracteur, véhicule, outillage sans fil...), d'allumer de l'éclairage, etc...

En bonus, une optimisation du système de goutte à goutte est possible en maîtrisant mieux la pression dans les tuyaux (à l'aide de manomètres), la filtration, le débouchage des goutteurs et l'insertion de fertilisants directement dans la nourrice.

Montage financier avec catEnR

René n'avait pas la trésorerie nécessaire et il ne peut analyser le montage technique seul.

catEnR a apporté l'investissement citoyen pour le financement mais aussi l'analyse des devis, la partie administrative et la conduite des travaux.

René loue le matériel appartenant à la coopérative sous forme d'un bail civil. A la fin de la location de 7 ans, ce matériel lui sera cédé.

Une telle installation représente un investissement de 13 000 € HT.

 

Investissement  
Installation solaire 9 050 €
           Panneaux solaires         1 100 €
           Châssis         1 050 €
           Onduleur            850 €
           Chargeur         2 200 €
           Batteries         2 250 €
           Petit matériel         1 600 €
Frais de port    350 €
Main d’œuvre 1 150 €
   
Pompe monophasé 1 300 €
Gr électro secours 1 150 €
Frais  
Presta catEnR        500 €
Associés 1 220 €

 

L'installation a été mise en service le 31 juillet 2015.

La région Languedoc-Roussillon a subventionné ce projet à hauteur de 5 276 €.

Photos

×